Plus ...

le C.F.D.

Historique

Le but de cet aménagement ferroviaire est clair. Il accompagne l’évolution économique du XIXème siècle, qui connait un plein avec les activités liées à la soie, au vignoble, à l’arboriculture, l’exploitation minière et industrielle, l’agriculture .. Cependant, le cout trop élevé stoppe en partie le projet.Ce n’est qu’en 1886 que ce dernier est repris par la Compagnie des chemins de Fer Départementaux (C.F.). Il aura fallu attendre 14 ans pour que l’acte de naissance des chemins de fer du Vivarais soit enfin signé.

Le premier réseau, La voulte - Le Cheylard, fut mis en service le jeudi 10 septembre 1891. Les trains étaient composés de voitures de voyageurs à compartiments de première, seconde et troisième classe. Cette avancée technologique aux habitants du Cheylard de rejoindre Valence en moins de trois heures, contre huit auparavant, et de rejoindre Lyon en moins de six heures. La vitesse moyenne avc les arrets et les quantités de chargement dépassait rarement les 20km/h !! Les incidents sur cette voie furent nombreux, déraillement en 1891 suite à une coulée de boue à St Sauveur de Montagut, avarie de machines, mauvaise qualité des rails ...

En 1898, la construction du second réseau du Cheylard à St Agrève fut décidé et les travaux commencèrent l’année suivante. ce tronçon apparaissait comme très audacieux de part le dénivelé à gravir et le franchissement de nombreux ravins et gorges des Boutières. Plusieurs viaducs, tunnels, et d’immenses tranchées furent nécessaires. Ces impressionnants ouvrages d’art coutèrent la vie à certains ouvriers au viaduc du Bon Pas ("Le pont du malheur") avec l’effondrement d’une arche. C’est en 1903 que le premier train en provenance du Cheylard entrait en gare de St Agrève.

Dès lors, la gare du Cheylard devient le centre du réseau avec les ateliers d’entretien et de dépot des locomotives. Hormis le transport des personnes, les trains se révèlent très utiles pour le transport des marchandises notamment des produits frais pour les vendre sur les marchés locaux ou les expédier au delà du département.
La ligne de chemin de fer construite au dessus du lit moyen de l’Eyrieux ne fut jamais perturbée par les crues. Cependant, durant l’hiver avec la burle (vent glacial à l’origine des congères), le trafic entre St Julien boutières et St Agrève s’avérait difficile. Les hommes devaient déneiger la voie souvent à la pelle et les réserves d’eau arrivaient parfois à geler, bloquant les machines.

Même si, durant les deux guerres mondiales du XXème siècle, le trafic a été largement réduit par manque de carburant le rapport dépenses-recettes atteignit des chiffres records (0,92).

Puis, malgré l’utilisation de locotracteurs et d’autorails, plus rapides et plus performants, le trafic de voyageurs et de marchandises ne va pas cesser de s’effondrer , dpu à la concurrence grandissante de la route.

Le 1er novembre 1968, après une dizaine d’années d’hésitations la compagnie de chemin de fer départemental cesse l’exploitation de la ligne Dunière sur Loire - La Voulte sur Rhône une décision ministérielle unilatérale. C’est donc la fin du train dans la vallée de l’Eyrieux.


Le chateau de Rochebonne

Clic sur le bouton :  Web.

Retour